Investir pendant une pandémie

Steve MacMillan est gestionnaire de portefeuille chez Fidelity Investments depuis 2008 et compte plus de 20 années d'expérience dans le domaine. Il gère entre autre le fonds Fidelity Petite capitalisation Amérique. Bien que cette classe d'actif a été fortement touchée par les effets de la pandémie, le fonds comporte un excellent potentiel de croissance à long terme, car il se concentre sur les meilleures occasions de placement parmi les sociétés américaines à petite et à moyenne capitalisations.


La plupart des gestionnaires ont pour but de vous faire gagner de l’argent, tandis que moi, je m’efforce de ne pas vous en faire perdre.


En avril dernier Fidelity nous a offert une petite entrevue avec le gestionnaire sur sa vision et sa gestion pendant la pandémie.


Comment voyez-vous la demande des consommateurs aux États-Unis ?

Si l'on revient à la crise financière, le pire mois a été une perte de 800 000 emplois et le chômage a descendu à 10% aux États-Unis. Actuellement, nous nous attendons à 21 millions de suppressions d'emplois et à un taux de chômage de 16% - c'est un renversement stupéfiant.

J'essaie de parler à autant d'entreprises que possible, et la réalité est qu'il est tout simplement extrêmement incertain de savoir comment le consommateur reviendra et comment la demande va être.


Par exemple, je parlais avec Starbucks et les gens qui travaillent à domicile ne conduisent plus par leurs lieux pour prendre leur café le matin. Les restaurants ne savent même pas si les gens voudront y retourner, les voyages, les hôtels, tous ces différents domaines où le chômage peut être élevé en raison de cette incertitude.

Je pense qu'il y aura un réel manque de confiance et cela affectera l’investissement des consommateurs.

Il y aura de vastes secteurs de l'économie où le chômage restera élevé.

Je crains que nous ayons un impact de longue durée, qui, espérons-le, continuera d'être compensé par des mesures de relance budgétaire et monétaire jusqu'à ce que nous puissions obtenir une économie plus forte.

Recherchez-vous des titres plus défensifs s’il y a une baisse du niveau de la confiance ?

L'un des domaines sur lesquels le marché est trop optimiste est le bénéfice du S&P500, en 2019, il était d'environ 154 $, ce qui était un nouveau record historique et cette année, les attentes étaient à l'origine d'environ 10%, ces attentes sont maintenant à -11%.

Lorsque je regarde 2021, on s'attend à un consensus : ils vont rebondir à plus de 20% et sortir de nouveaux sommets de bénéfices de 163 $.

Je pense qu'il faudra un certain temps avant que nous atteignions de nouveaux records absolus en matière de bénéfices et que le marché devrait se concentrer davantage sur la stabilité des bénéfices.

Comme nous le pensons, au second semestre de cette année, le marché ne va pas reculer aussi vite que prévu, et les secteurs plus défensifs continueront à faire preuve d'un leadership plus important que ces derniers mois.

Avons-nous vraiment vu le marché revenir ou est-ce seulement les grandes entreprises technologiques qui déplacent les indices ?

Si vous regardez le marché dans son ensemble et que vous revenez 6 mois en arrière, le S&P500 n'était pas en baisse, ce qui est assez remarquable. Vous avez un marché qui n'est pas en baisse sur les 6 à 12 mois, mais maintenant nous avons une pandémie mondiale et un chômage de 16%, comment est-ce possible ?

Si vous regardez les données ACJ, le S&P500 est en baisse de 11% en USD.


Si vous regardez les 100 plus grandes sociétés du S&P500, elles ne baissent que d'environ 8%, mais le stock moyen (l'indice à pondération égale) est en fait proche de 20%. Ensuite, si vous regardez les moyennes et petites capitalisations, elles sont en baisse de plus de 20% sur un an. Vous avez ce petit nombre d'entreprises qui retiennent le marché.

Je pense que vous devez reconnaître que pour certains d'entre eux, il y a eu des développements positifs qui en sont sortis (plus de gens qui achètent en ligne, plus de gens connectés au « cloud »).

Ma préoccupation est que nous aurons cet impact positif à court terme pour certaines de ces entreprises technologiques, mais que va-t-il se passer après la hausse initiale des ventes car tout le monde a besoin de leurs entreprises connectées, que va-t-il se passer de l'autre côté lorsque nous avons un chômage plus élevé et cela est davantage un élément cyclique pour ces entreprises (les entreprises constatant déjà un recul des dépenses discrétionnaires).

Que pouvez-vous nous dire sur le secteur des soins de santé en ce moment ?

La grande chose à propos du domaine des soins de santé est que si vous pouvez reporter certaines dépenses (comme on le voit avec les procédures électives), ce n'est que pour une période de temps limitée - quelle que soit l'économie, la demande sera toujours là.

J'essaie de me concentrer sur certains domaines uniques des soins de santé. Par exemple, dans le Fonds Petite Cap Amérique, j'ai une société appelée Healthcare Services Group. C'est une entreprise qui nettoie les résidences pour personnes âgées.

Si vous regardez l'estimation des bénéfices sous-jacents de ces entreprises, je pense qu'elles vont être assez stables.

Ce qui compte vraiment quand on regarde 2021, ce ne sera pas le sentiment qui compte, ce seront les bénéfices réels qui en ressortiront et les fondamentaux.

Je suis convaincu qu’au fur et à mesure que nous passons cette année et l’année prochaine, les sociétés stables dans les soins de santé et les services publics vont surperformer le marché en termes de bénéfices et donc en termes d’actions.


Comment voyez-vous l'espace universitaire en-ligne?

Ce sera une révélation sur la façon dont les gens sont capables d'apprendre.

Je possède cette entreprise appelée Grand Canyon Education. Ils ont transféré environ 20 000 étudiants du campus aux cours en-ligne de manière très transparente. Leur PDG disait qu'il s'attendait à une augmentation de la demande pour leur éducation en-ligne; alors qu'une économie empire, les gens cherchent à raffiner leurs compétences et à retourner à l'école - c'est généralement une entreprise anticyclique dès le départ.

Le Grand Canyon a également discuté avec un certain nombre d'universités traditionnelles différentes de leur mise en-ligne. Je pense que cela va considérablement accélérer cette tendance des ventes et se révéler très positif pour leurs fondamentaux.


Quelle opportunité reviendra aux États-Unis ?

Une chose qui revient sans cesse est l'accent mis sur la chaîne d'approvisionnement autour du faible coût. Désormais, l'accent sera mis sur la diversification - les entreprises ne voudront pas avoir toute leur fabrication dans un seul pays.


Je pense que certains emplois manufacturiers se rapprocheront des États-Unis, s’ils reviennent aux États-Unis sera une question d'écarts de coûts.

Pouvez-vous parler de vos fonds ?

Si vous regardez le top 10 des deux portefeuilles, vous verrez des changements importants à partir de fin décembre. Beaucoup de changements se sont produits avant que les inquiétudes concernant la Covid-19 ne commencent à prendre de l'ampleur.

J'ai regardé certains des noms dans les portefeuilles où je craignais que le marché les surévaluait un peu trop (c'est-à-dire certaines des valeurs technologiques).

Si vous regardez le fonds Actions Américaines, le top 10 compte de nombreux services publics à grande capitalisation et des positions défensives.

Je suis enthousiasmé par les opportunités qui se présentent dans la phase des petites capitalisations, en raison de ce ralentissement du marché.

Je continue de concentrer les deux portefeuilles dans des secteurs plus défensifs, j'espère avoir l'occasion à un moment de sortir de ces actions plus défensives et de revenir à la recherche d'entreprises à croissance plus élevée qui ont plus de cyclicité.


Comment jugez-vous l'évaluation de la valeur par rapport aux actions de croissance ?

C'est une période difficile pour les investisseurs lorsqu'ils pensent où investir leur argent.

D'une part (la fin cyclique), vous avez ces entreprises vraiment bon marché, mais elles ont des fondamentaux terribles. Le risque pour elles est très large.

De l'autre côté, vous avez des actions technologiques. La difficulté est que beaucoup de ces sociétés, non seulement se négocient à des valorisations élevées, mais elles ne font même pas d'argent.

Cela vous laisse le choix entre le risque de valorisation et le risque fondamental.

J'essaie de trouver le juste milieu : les entreprises à forte visibilité sur les bénéfices qui ont des valorisations raisonnables.

Comment voyez-vous les principes fondamentaux d'une entreprise de services funéraires ?

C'est une entreprise que je possède depuis de nombreuses années (Service Corp).

Il s'agit de la situation actuelle, qui n'est pas la Covid-19 mais du point de vue du marché, ils sont la plus grande entreprise de salons funéraires aux États-Unis. Ils ont mis en place un réseau de distribution très solide et une force de vente de pré-besoins (c'est-à-dire vendre leurs services à des personnes des années à l'avance), donc lorsque vous atteindrez finalement cette tendance démographique, leur part de marché continuera de croître à des taux exponentiels.

C'est une très bonne affaire dans une industrie très stable.

Les élections sont-elles plus importantes que jamais ?

Ils vont avoir de l'importance pour certains secteurs.

Vous pouvez avoir des implications dans des domaines comme les soins de santé, ou si Elizabeth Warren est en fait la candidate à la vice-présidence, cela ne se passera pas bien pour le domaine de la finances américaines. Si vous obtenez Bidden en tant que président, il y a un risque que les taux d'imposition des sociétés augmentent plus largement.

D'une part, il existe de nombreux facteurs mobiles différents qui pourraient avoir un impact sur différents stocks, mais la difficulté est que c'est un événement imprévisible.

J'essaie de regarder les entreprises qui réussissent dans n'importe quel type d'économie avec n'importe quel type de président à la Maison Blanche.

Que voyez-vous dans les bilans ?

J'ai eu le malheur ou la fortune d'être analyste bancaire chez Fidelity pendant la crise financière.

L'une des choses que j'ai apprises, c'est que les entreprises se rendent compte qu'elles ne peuvent pas avoir d’écart entre leurs bilans, leurs actifs et leurs flux de trésorerie.

Il y a 10 ans, le problème était que les entreprises auraient toutes leurs dettes à échéance la même année et supposaient simplement qu'elles seraient en mesure de les augmenter.

Désormais, les entreprises ont une dette échelonnée, de sorte que si vous avez un moment où les marchés de la dette se ferment, vous pouvez utiliser votre flux de trésorerie pour vous désendetter et sortir fort.

La FED a clairement indiqué que la liquidité ne sera pas un problème pour aucune entreprise.

Comment le manque d'information a-t-il façonné votre façon de voir le deuxième et troisième trimestre de cette année ?

Je pense que les entreprises vont obtenir un laissez-passer gratuit au deuxième trimestre, je ne pense pas que cela importera quels revenus elles rapporteront au T2 et peut-être même au T3.

Ce qui importera, c'est le retour de la demande vers la fin de l'année.

Si les investisseurs sont convaincus que la demande est de retour, ils examineront cette période jusqu'en 2021.

Si nous envisageons une période de reprise plus longue / plus lente, ces chiffres de 2021 vont baisser et c'est là que vous aurez un plus grand risque pour beaucoup de ces actions.

20 vues

Posts récents

Voir tout