top of page

Revue économique de juillet 2023

Perspectives mondiales et tendances économiques



En juillet, les marchés d'actions mondiaux ont maintenu leur dynamisme malgré quelques défis économiques persistants. Les investisseurs ont manifesté un optimisme généralisé, convaincus que la récession pourrait être évitée cette année grâce à des indicateurs encourageants. Cependant, les rendements ont été tempérés par la hausse des taux d'intérêt par les banques centrales et des données économiques mitigées. Ce mois a été marqué par les hausses de taux de la Réserve fédérale américaine (Fed), de la Banque du Canada (BdC) et de la Banque centrale européenne (BCE), toutes trois ayant ajouté 25 points de base à leurs taux directeurs. Dans ce contexte, l'activité économique a montré des signes de morosité, principalement reflétée par des chiffres décevants dans les secteurs manufacturier et des services, résultant d'une demande en repli des consommateurs et des entreprises.


Au Canada, l'indice composé S&P/TSX a progressé, largement porté par les performances robustes du secteur des soins de santé. De même, les actions américaines, mesurées par l'indice MSCI USA, ont également enregistré des gains en juillet. Parallèlement, les rendements des obligations à 10 ans ont augmenté tant au Canada qu'aux États-Unis. Dans le domaine des matières premières, le pétrole a affiché une solide croissance à deux chiffres, tandis que le prix de l'or a également augmenté.


L'inflation au Canada persiste en raison des coûts hypothécaires élevés


Juillet a apporté une certaine amélioration en termes d'inflation au Canada, avec un repli à 2,8 % en juin, maintenant l'inflation dans la fourchette cible de la BdC. Cependant, le chiffre demeure au sommet de cet objectif, indiquant que la situation n'est pas encore totalement maîtrisée. Cette baisse de l'inflation est attribuée en grande partie à la chute des prix de l'essence et à la croissance ralentie des prix alimentaires. Toutefois, un nouvel élément est venu impacter l'inflation et les ménages canadiens : les coûts hypothécaires, en hausse de 30,1 % par rapport à l'année précédente en juin. Les augmentations des taux d'intérêt de la BdC depuis début 2022 ont influencé cette hausse, entraînant des taux hypothécaires plus élevés et un marché immobilier au prix élevé. Dans ce contexte, la BdC doit jongler entre la maîtrise de l'inflation à sa cible de 2 % et la préservation du bien-être financier des ménages endettés. La Banque du Canada a relevé son taux de financement à un jour de 25 points de base en juillet, tout en restant attentive aux prochaines données économiques pour guider ses décisions futures.


L'essoufflement de la consommation canadienne se traduit par des ventes en berne


Les premières estimations de Statistique Canada concernant les ventes au sein des chaînes d'approvisionnement n'annoncent rien de positif. Bien que le marché de l'emploi se maintienne et que les comptes d'épargne ne soient pas vides, les signes de conditions financières tendues commencent à se manifester, notamment dans les chiffres de juin. En effet, les ventes dans les industries manufacturières ont chuté de 2,1 % en juin, principalement en raison de la diminution des ventes de produits pétroliers. Les ventes en gros ont également reculé de manière marquée, avec une baisse de 4,4 % en juin. Ces signes suggèrent que les entreprises anticipent un ralentissement de la demande des consommateurs et ajustent leurs achats en conséquence. Les ventes au détail, quant à elles, ont stagné en juin. Au cours de l'année 2023, les ventes au détail ont été volatiles à tous les niveaux de la chaîne d'approvisionnement. Les économistes prévoient une réduction des dépenses des ménages au second semestre de l'année, en raison de l'épuisement progressif des épargnes, des taux d'emprunt plus élevés et des prix élevés des biens de consommation.


La Fed poursuit sa lutte contre l'inflation


La Réserve fédérale américaine (Fed) a continué son resserrement monétaire en juillet en relevant de 25 points de base la fourchette de ses fonds fédéraux, portant ainsi le taux entre 5,25 % et 5,50 %. Bien que l'économie progresse lentement et que l'inflation demeure, la Fed a jugé nécessaire cette nouvelle augmentation des taux. L'objectif reste de ramener l'inflation à 2 %. Cependant, les perspectives quant à la réunion de septembre demeurent incertaines. La BCE, de son côté, a également augmenté son taux directeur de 25 points de base en juillet, l'élevant à 4,50 %. Bien que les pressions inflationnistes persistent, la BCE se montre flexible quant à ses décisions futures. Par ailleurs, la Banque du Japon a fait des vagues à la fin du mois en annonçant son intention d'assouplir davantage son contrôle sur les taux et en indiquant que son plafond de 0,50 % était une référence et non un seuil maximal absolu.


L'économie chinoise révèle des fragilités sous-jacentes


Bien que le produit intérieur brut (PIB) de la Chine ait montré une amélioration au deuxième trimestre 2023, une analyse plus approfondie des données révèle des faiblesses dans la deuxième économie mondiale. La croissance annuelle du PIB chinois s'est établie à 6,3 % au deuxième trimestre, légèrement plus élevée que les 4,5 % du premier trimestre. Cependant, cette croissance s'explique en partie par la comparaison avec les chiffres relativement bas de 2022, où les mesures strictes de confinement liées à la COVID-19 ont été mises en place dans plusieurs grandes villes chinoises. Les défis persistants du marché immobilier chinois, le niveau élevé d'endettement, la faible consommation et la production manufacturière en berne sont autant de facteurs qui influent sur la croissance économique en Chine. La Banque populaire de Chine a réduit son taux directeur en juin, mais l'a maintenu inchangé en juillet, espérant ainsi stimuler l'économie. Face au ralentissement économique, il est de plus en plus probable que les autorités chinoises cherchent à accroître les mesures de stimulation, malgré les préoccupations concernant le niveau élevé de la dette. Alors que la cible de croissance du gouvernement chinois était fixée à 5,0 % pour 2023, les défis persistants pourraient remettre en question la réalisation de cet objectif.

7 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page