top of page

Les faits saillants du budget du Gouvernement du Québec 2024-2025

Le 12 mars 2024, un événement important s'est produit sur la scène politique québécoise. Le ministre des Finances du Québec, M. Éric Girard, a présenté le plan financier du gouvernement pour l'année fiscale à venir, couvrant la période 2024-2025. Ce document, qui détaille les dépenses et les revenus prévus du gouvernement, est d'une importance cruciale pour le public et les investisseurs. Il est d'autant plus significatif qu'il pourrait être le budget le plus déficitaire de l'histoire du Québec. C'est une situation qui suscite de nombreuses inquiétudes, mais le gouvernement ne semble pas être sans plans. En effet, malgré la situation financière précaire, le gouvernement promet de dévoiler un plan de retour à l'équilibre budgétaire l'année prochaine. C'est une annonce qui, on l'espère, apportera un certain réconfort à ceux qui sont préoccupés par l'avenir économique du Québec.


Modifications et Réductions

Plusieurs modifications importantes ont été annoncées concernant les crédits d'impôt et les subventions. Parmi ces modifications, on note des changements majeurs apportés aux suppléments pour enfants handicapés du crédit d'impôt remboursable. Ces suppléments ont été révisés pour accorder une allocation financière aux familles qui en ont besoin, un changement qui devrait aider à soulager la pression financière sur ces ménages. Ces modifications apportées aux suppléments pour enfants handicapés entreront en vigueur pour toutes les demandes soumises à Retraite Québec après le 30 juin 2024.

En ce qui concerne le programme Roulez vert, les rabais offerts seront réduits à partir du 1er janvier 2025. Cette réduction sera suivie d'autres réductions prévues à partir du 1er janvier 2026. Ces changements sont conçus pour encourager une adoption plus rapide des véhicules verts, tout en respectant les contraintes budgétaires.

Enfin, des modifications ont également été apportées aux crédits d'impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE). Ces changements visent à stimuler l'innovation et l'expansion dans ce secteur. Des modifications ont également été apportées aux crédits d'impôt pour la production de titres multimédias, reflétant l'évolution rapide de cette industrie.


L'économie fait du surplace

En 2023, l'économie a fait du surplace, selon les observations du ministre des Finances, Éric Girard. Cependant, malgré cette stagnation, le taux de chômage est resté largement inférieur à celui de l'ensemble du Canada et a été le plus faible parmi les provinces. Dans ce contexte, le ministre des Finances prévoit une croissance modeste du PIB réel de 0,6 % en 2024, qui devrait s'accélérer en 2025 pour atteindre 1,6 %. Selon le ministre, "l'économie du Québec est bien positionnée pour amorcer une reprise durable au deuxième semestre de l'année 2024, de manière synchronisée avec la baisse graduelle des taux d'intérêt et la diminution de l'inflation".


Augmentation de la Taxe sur les Produits du Tabac

Le budget prévoit deux hausses de la taxe spécifique sur les produits du tabac, soit une le 13 mars 2024 et une le 6 janvier 2025, pour une augmentation totale équivalente à environ 2 $ par cartouche de 200 cigarettes.


Investissement en Construction et Éducation

Le gouvernement a annoncé un plan d'investissement ambitieux de 126 millions de dollars répartis sur trois ans, avec pour objectif d'augmenter la main-d'œuvre et d'accroître la productivité dans le secteur de la construction. Cette décision s'inscrit dans le cadre d'une stratégie plus large visant à stimuler la croissance économique et à améliorer la compétitivité de l'industrie sur le marché national et international. En ce qui concerne l'éducation, suite à une grève historique qui a marqué l'année scolaire précédente et le renouvellement des conventions collectives, le gouvernement a décidé d'augmenter significativement les dépenses à hauteur de 818,7 millions de dollars sur une période de cinq ans. Cet investissement supplémentaire vise à soutenir la réussite des élèves en améliorant la qualité de l'enseignement et en renforçant les infrastructures éducatives. De plus, il est prévu d'attirer plus de personnel scolaire qualifié pour répondre aux besoins croissants du système éducatif.


Programme Roulez Vert

Le gouvernement du Québec a annoncé des modifications au programme Roulez Vert, qui offre des rabais pour encourager l'achat de véhicules électriques. À partir du 1er janvier 2025, les rabais pour les véhicules entièrement électriques neufs et véhicules hybrides rechargeables neufs seront réduits à 4000 $ et ceux pour les véhicules entièrement électriques d'occasion seront de 2000 $. Ils diminueront encore à partir du 1er janvier 2026, avec un rabais de 2000 $ pour les véhicules entièrement électriques neufs et de 1000 $ pour les véhicules hybrides rechargeables neufs. Le programme prendra fin le 1er janvier 2027. C'est donc une période de transition graduelle qui est prévue pour mettre fin à ces incitatifs financiers pour l'achat de véhicules électriques.


Extension de la période du Guide d'évaluation Hebdo

Dans le cadre des ajustements du budget 2024-2025, une modification importante concerne le Guide d'évaluation Hebdo. Ce guide, qui donne le prix moyen de vente en gros lors de l'acquisition d'un véhicule usagé, sera dorénavant plus complet. En effet, le nombre d'années couvertes par le prix de vente moyen en gros indiqué dans le volume de référence sera augmenté de 9 à 14 ans à compter du 1er janvier 2025. L'élargissement du Guide d'évaluation Hebdo pourrait avoir un impact sur la taxe à payer lors de l'achat d'un véhicule usagé. Si le prix de vente indiqué dans le guide est plus élevé que le prix de vente convenu entre l'acheteur et le vendeur, la TVQ sera calculée sur la base du prix du guide. Ainsi, avec une couverture de 14 ans au lieu de 9, il est possible que la TVQ à payer lors de l'achat d'un véhicule usagé plus ancien soit plus élevée.


Santé et services sociaux

Dans le cadre de la nouvelle agence Santé Québec, le gouvernement prévoit investir près de 3,7 milliards de dollars sur cinq ans, dont 730 millions cette année, pour soutenir une organisation humaine et efficace des soins de santé et des services sociaux. Concrètement, le ministre Eric Girard attribue 1,8 milliard pour l'accès aux soins et la fluidité dans les hôpitaux, 1,1 milliard pour maintenir la qualité des soins et les services aux aînés et 738 millions aux services sociaux. Toutes ces sommes sont réparties sur cinq ans. Au total, la croissance des dépenses de programmes pour la Santé et les Services sociaux atteint 5,3 % en 2024-2025.


Renforcement du contrôle fiscal

Le gouvernement du Québec envisage d'investir sur une période de cinq ans dans le renforcement du contrôle fiscal et la lutte contre les crimes économiques. Cela signifie qu'ils prévoient de dépenser de l'argent pour améliorer et renforcer les systèmes et les processus qui aident à surveiller et à réguler les taxes et à prévenir et à poursuivre les crimes financiers. L'objectif de cet investissement est d'augmenter les revenus de l'État. On s'attend à ce que ces mesures entraînent une augmentation des revenus de 660 millions de dollars sur la même période de cinq ans, probablement grâce à une meilleure collecte des taxes et à la prévention des fraudes fiscales.


Conclusion

Ce budget, marqué par un déficit prévu de 11 milliards de dollars pour l'exercice 2024-2025, présente un plan de retour à l'équilibre budgétaire qui a été repoussé jusqu'à l'exercice 2029-2030. Cela signifie que l'équilibre budgétaire ne sera pas atteint avant près d'une décennie, ce qui est une préoccupation pour certains observateurs. Cependant, dans un effort pour atténuer cette situation, le gouvernement entreprend également une opération d'optimisation des actions de l'État. Cette opération vise à générer des revenus supplémentaires de 2,9 milliards de dollars sur une période de cinq ans, une stratégie qui pourrait atténuer une partie du déficit projeté. Malgré la présence d'un déficit, le gouvernement maintient une perspective positive. Il affirme que l'économie du Québec est bien positionnée pour entamer une reprise durable au deuxième semestre de l'année 2024. Il souligne que, malgré les défis budgétaires, la province est sur la bonne voie pour une reprise économique robuste et soutenue.

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page